Le 3 juin dernier a été lancé KPMG Plage, une opération pleine de fraicheur qui a apporté le soleil au Luxembourg. Natacha Oskian, Directrice – MIC (Markets, Innovation and Communication) au sein de KPMG Luxembourg s’est prêtée au jeu des questions/réponses et dévoile aujourd’hui les moments clés de cette opération couronnée de succès. 

 

Amener la plage au Luxembourg est plutôt original. Comment avez-vous eu cette idée ?

 

L’innovation tient une place prépondérante dans notre approche et si celle-ci tient une place essentielle en interne, nous souhaitions la refléter en externe. Comment peut-on être original en tant que Big4 en contribuant à notre communauté locale ? En rendant possible ce que les autres pensent irréalisable.

La création d’une plage a été un déclic lors d’un brainstorming pendant un jour enneigé de Février et suite à la demande de notre offre de service « Value for Funds », la plateforme d’outsourcing de KPMG. Ce service déjà opérationnel depuis des nombreuses années souhaitait se faire connaître de manière plus globale.

 

Préparer une telle opération a du représenter un véritable défi, comment avez-vous géré l’organisation de l’événement ? Avez-vous fait appel à des intervenants extérieurs ? En effet, la tâche nous semblait immense. Mon équipe MIC (Markets, Innovation & Communication) a été tout de suite très motivée par le projet et nous avons tous donné quelques idées pour une plage « parfaite » selon chacun de nous. L’idée de plage a été bien reçue par nos associés qui ont tout suite vu le potentiel et nous ont encouragé de profiter de cet évènement pour mettre en relation nos employés, nos clients et la communauté de Luxembourg.   La mise en place du projet n’a duré que 3 mois, depuis le concept jusqu’à la réalisation finale, autant vous dire que les ressources ont été mobilisées à 100% !  De nombreux services internes et employés se sont proposés pour nous aider. Il s’agit donc d’un effort de toute une firme ! Bien que nous ayons des ressources en interne, nous avions besoin d’aide pour implémenter nos idées. Nous nous sommes tournés tout naturellement vers une agence qui nous avait déjà aidés pour l’organisation de l’inauguration de notre siège au mois de janvier. Quels ont été les principaux challenges à relever ?

Quand nous avons lancé l’idée, nous pensions que ce serait facile : mettre du sable et quelques transats. La tâche s’est avérée plus compliquée que cela….entre les autorisations administratives,  la sécurité, la gestion des projets et les imprévus etc. Malgré tout, tout ceci n’est qu’un vague souvenir au vue du succès que cette idée a eu.

 

Quels moyens de communications avez-vous privilégié pour cette initiative ?

 

En tant que firme qui souhaite se démarquer dans sa communication, nous avons préconisé la communication digitale. Nous avons en interne créé des visuels et contenus multimédias (vidéo teasing, timelapse accessibles sur Youtube) spécialement dédiés à la promotion de la KPMG plage qui nous ont permis de créer des supports dynamiques et variés.

 

Le tout a été savamment orchestré sur nos réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Linkedin, Youtube et la création tout spécialement d’un compte Instagram) où notre #KPMGPlage est devenu une vrai marque de fabrique. Nous avons également contacté la presse qui a largement couvert nos évènements et spécialement les conférences. Les différents sites luxembourgeois (agenda.lu, plurio.net, kidsagenda, etc.) nous ont bien aidés à promouvoir nos activités, spécialement les deux journées portes ouvertes.

 

A côté de cela, nous avons en interne utilisé les bonnes vieilles ficelles du marketing traditionnel en créant des posters, des cartes postales, annonces publicitaires et des galeries d’images. Le bouche à oreille a aussi eu une importance cruciale pour le bon déroulement de cette promotion. Bref, une approche globale à 360° de toute la palette de communication.

 

Prévoyez-vous de réitérer ce type d’événements l’année prochaine ?

 

Vu le succès que la plage suscite, nous allons bien entendu effectuer une session de débriefing et d’analyse des retombées de cette initiative. Si le résultat est satisfaisant, nous pourrions réitérer cette action l’année prochaine. Ce que nous espérons bien. Suite au prochain épisode.

 

Quel est l’objectif pour KPMG de mettre en place une telle opération ?

L’objectif principal a été de partager ce moment magique avec nos employées, leurs familles, nos ex-employés, le grand public et les clients actuels et futurs. Ces derniers nous perçoivent comme un partenaire de confiance dans la gestion de leurs défis de tous les jours et nous souhaitions qu’ils viennent afin de (re)découvrir la « KPMG touch », c’est-à-dire de mieux nous connaitre tels que nous sommes. Le leitmotiv clé de ces 2 semaines était le partage et le networking sur le sable, au soleil et sous les cocotiers.

 

Ce n’est pas parce que nous traitons des sujets complexes que nous ne devons pas prendre plaisir à faire notre travail, et je pense que tous les employés de KPMG ont partagé ce sentiment durant ces deux semaines.

 

D’autre part, comme notre président Georges Bock le souligne, “… Ce n’est pas parce que c’est difficile qu’il ne faut pas relever le défi ! Nous avons souhaité partager ce sentiment de « nous pouvons le faire » avec l’ensemble de la communauté au Luxembourg en se retrouvant ensemble dans une atmosphère décontractée, relax et tournée vers le futur. » Enfin, pouvez-vous nous faire une estimation du budget d’un tel événement ? 

 

Il est difficile de juger du budget final, d’autant plus que l’évènement n’est pas encore terminé et nous avons des modifications chaque jour pour rajouter ou enlever des éléments à notre canevas d’évènement. Ce que nous pouvons dire c’est que nous avons fait plus avec moins, en réalisant bien des économies d’échelle. Nous avons également profité de cet afflux de visiteurs pour lever des fonds pour « Ile aux clowns » – une association luxembourgeoise que nous soutenons depuis plusieurs années. Pour ce faire nous nous sommes associé avec FATRA un concepteur de jouets tchèque très connu qui a ravi au moins 2 générations d’enfants. Leur forme pop art et design nous a directement sauté aux yeux quand nous avons décidé de produire les mascottes qui seraient vendues pour le bénéfice de l’association « île aux clowns » ….. AND WE LOVE POP ART.

 

Nous sommes également en contact avec la ville de Luxembourg pour donner une partie de sable aux aires de jeux de la ville.  L’autre partie va être retournée à son milieu originel, c’est à dire à la mer du Nord. 


Publié le 18 juin 2015