Jouer au football, déplacer des objets sans se lever de sa chaise, uniquement grâce au pouvoir de la pensée? C’est l’expérience à laquelle pourront participer les visiteurs d’ICT Spring (30 juin-1er juillet) grâce à la présence de la société Mentalista lors de l’événement majeur des nouvelles technologies au Luxembourg.

À l’origine de Mentalista se trouve Bastien Didier, alias Gille de Bast, un artiste numérique français qui explore le champ des interfaces cerveau-machine en utilisant les ondes cérébrales comme matériau de création. Fort de connaissances en programmation et en mathématiques, Il se lance alors dans les neurosciences. Grâce à l’open source et au partage de connaissances constitutifs d’internet, il apprend, découvre et expérimente l’analyse des ondes cérébrales.

Sortir la technologie des laboratoires

Sortir cette technologie des laboratoires, la détourner de son but initial pour en faire un terrain de jeu… Gille de Bast revendique une approche dadaïste comme celle de Marcel Duchamp et travaille autour d’installations loufoques et ludiques, une manière de rendre accessible à tous ce nouveau champ des sciences.

Gille de Bast crée en 2017 Mentalista, une société de biotechnologie spécialisée dans les interfaces cerveau-environnement, qui a pour vocation de permettre à chacun d’interagir plus instinctivement avec la technologie. Parmi les projets de la société figurent Mentalista Guinguette, qui propose aux visiteurs de faire léviter une assiette de rondelles de saucisson par la pensée, et Mentalista Foot, qui permet de jouer une partie de football en captant et interprétant des ondes cérébrales des joueurs qui se situent dans le cortex visuel.

Des questions existentielles

C’est cette dernière expérience à laquelle pourront participer les visiteurs lors d’ICT Spring. Au-delà de cette aspect ludique, Gilles de Blast sera présent pour une conférence sur les enjeux technologiques, éthiques et sociétaux du développement des interfaces cerveau-machine. En effet, la disparition d’une expérience sensuelle, charnelle, par le toucher, la parole, dans notre relation avec les objets engendre toute une série de questions existentielles. Quel avenir pour le corps humain, pour notre enveloppe charnelle dans un monde où les machines et les objets sont manipulables par la seule pensée ? Cette révolution technologique va-t-elle bouleverser les rapports humains? À quoi pourrait ressembler une société de cerveaux connectés? Quid de la gestion des données «cérébrales» dans un monde où les données personnelles sont déjà au cœur des préoccupations?


Publié le 08 mars 2022