Dans un communiqué diffusé le 22 novembre, la marque britannique de cosmétiques présente dans 48 pays annonce fermer à compter du 26 novembre ses comptes Facebook, Instagram, TikTok et Snapchat jusqu'à ce que ces plateformes «prennent des mesures pour offrir un environnement plus sûr» aux utilisateurs.

Lush entend «protéger la santé mentale» de ses clients. «Tous les comptes de la marque Lush et de ses co-fondateurs·rices seront mis en veille dans le monde jusqu’à ce que ces plateformes prennent des mesures concrètes pour offrir un environnement plus sûr aux utlisateurs·rices», a-t-elle indiqué dans un communiqué dans l’intitulé a le mérite de la clarté : «Lush devient antisocial – Et adopte une nouvelle approche des médias sociaux avec une nouvelle politique mondiale de lutte contre les médias sociaux».

La marque établit un parallèle avec le changement climatique : «De la même manière que les preuves du changement climatique ont été ignorées et dépréciées pendant des décennies, les préoccupations concernant les graves effets des médias sociaux sont aujourd'hui largement ignorées.»

Le groupe dit avoir déjà envisagé de se retirer des réseaux sociaux par le passé mais avoir décidé de sauter le pas après les révélations récentes de lanceurs d'alerte «courageux, qui exposent clairement les dangers auxquels sont exposés les jeunes gens à cause des algorithmes actuels et de réglementations trop souples».

Jack Constantine, CDO & Product Inventor, commente ainsi : «Je consacre tous mes efforts à créer des produits qui aident les gens à se déconnecter, à se détendre et à faire attention à leur bien-être. Les plateformes de médias sociaux sont devenues l'antithèse de cet objectif, avec des algorithmes conçus pour que les gens continuent à scroller et les empêcher de se déconnecter et de se détendre.»

Et Mark Constantine Obe, Co-Founder, CEO & Product Inventor, de renchérir : «J'ai passé toute ma vie à éviter de mettre des ingrédients nocifs dans mes produits. Il existe désormais des preuves irréfutables que l'utilisation des médias sociaux nous fait courir des risques. Je ne veux pas exposer mes clients à ces risques, il est donc temps de les retirer du mélange.»

«Quelque chose doit changer» insiste le groupe qui «espère que les plateformes vont introduire de meilleures directives sur les bonnes pratiques et que des réglementations internationales vont être votées», conclut le communiqué.

La marque restera toutefois présente sur YouTube et Twitter.

Source : Lush


Publié le 24 novembre 2021