Dan Vandevoorde est le Chief Inflater de X-Treme Creations, société spécialisée dans la réalisation de structures gonflables. Pour BEAST, ce créatif décrypte le monde du marketing visuel et ses dernières tendances, que nous pouvons notamment apercevoir lors de festivals, concerts, mais également lors d’événements b2b. Notamment au Grand-Duché de Luxembourg.

Quelles sont les principales tendances du marketing visuel et du monde du gonflable ?

Le monde du marketing est de plus en plus visuel. A titre d’exemple, la quantité de communications visuelles produites par biais de photos prises continue de croître. Et cette tendance ne risque pas de s’arrêter.

Par définition, le monde du gonflable 3D est visuel et il rejoint parfaitement un esprit écologique, durable, efficace et éphémère. Il s’agit d’un produit qui a trouvé une symbiose croissante dans les media sociaux grâce aux festivals et autres types d’événements du genre.

Nous remarquons également que les agences et autres prescripteurs découvrent de plus en plus le potentiel et les avantages du gonflable et les combinent avec d’autres techniques, services et produits pour créer des concepts innovants. L’heure est aujourd’hui à la co-création.

Grâce au festival mondialement connu Tomorrowland, un de nos clients fidèles depuis 2005, les combinaisons artistiques 2D (impressions grand format sur bâches et/ou panneaux) et structures en 3D (en polystyrène et/ou en gonflable) sont devenues indispensables et un strict minimum pour offrir aux visiteurs du monde entier une expérience « entière ».

 

Comment voyez-vous le secteur évoluer dans les années à venir ?

Si on observe le bas du marché gonflable – je pense aux jeux standards et autres gonflables de volume pour la location – on remarque que les fabricants Chinois actuels augmentent leurs prix et deviennent trop cher pour l’Europe, sans parler du fait qu’ils rencontrent des soucis au niveau de l’application des normes REACH, anti-feu et EN 14960. Les clients ayant donc besoin de ce type de gonflables vont se tourner vers des fournisseurs européens.

De son côté, X-Treme continuera à produire localement des projets sur mesure, avec des lead times très serrés et en utilisant les 25 années d’expérience et un know-how dans plusieurs secteurs et champs d’application dans des secteurs très différents, voire même singuliers.

Dans le marché haut de gamme, l’objectif est que le gonflable n’apparaisse plus comme un gonflable. Puis, dans ce marché du gonflable premium, les mondes réel et virtuel évoluent vers la co-création, comme c’est le cas pour le mainstage du festival Untold en Roumanie, avec l’ajout d’écrans digitaux dans les scènes, combinés à des structures gonflables et à de la vidéo-projection. Cette évolution ne risque pas de s’arrêter et nous mènera vers d’autres domaines comme l’industrie, le médical, l’artistique, etc. C’est très excitant !

 

Quels sont les principaux secteurs qui font aujourd’hui appel à vos services ?

Le secteur des agences de publicité, plus spécifiquement d’activation et de field marketing, reste à la base de notre activité, mais aujourd’hui, les d’organisateurs de festivals et autres événements culturels prennent beaucoup d’ampleur. Nous travaillons également avec de nombreux organisateurs au niveau de la signalisation et autres sponsors d’événements sportifs de masse, dans lesquelles les gonflables ont désormais une grande importance et favorisent le partage de photos et, in fine, permet d’augmenter la notoriété de la manifestation ou de la marque. Comme vous le constatez, nous nous focalisons sur la clientèle b2b et ne réalisons, à l’heure actuelle, pas de travaux pour les particuliers sauf dans le milieu artistique.

 

Comment vous adaptez-vous à leurs besoins ?

Pour les scènes de festivals, nous proposons toute une gamme de textiles sans enduction en PVC pour éviter l’aspect trop brillant, puis nous nous impliquons dans la formation et la coordination du (dé)montage.

X-Treme se spécialise dans le design et la finition de telles structures et peut garantir, voire agrandir la résistance au vent du gonflable : un point crucial pour l’organisateur et les sponsors qui doivent garantir la sécurité des participants à l’événement. Ce know-how est primordial pour obtenir du succès à l’export avec les structures gonflables. En effet, après la conception même de la structure, la résistance au vent est toujours la deuxième question à se poser.

 

Comment votre processus créatif se déroule-t-il, des premières discussions avec vos clients à la mise en place sur site du gonflable ?

Nous ne travaillons qu’avec des agences et des prescripteurs professionnels et généralement, pour que nous puissions leur communiquer un budget, un briefing de base et quelques informations clés concernant la taille et l’application suffisent.

D’une manière plus structurelle et anticipative, nos sessions créatives illustrent le potentiel du gonflable en auto-ventilé/en air captif et invitent les prescripteurs à inclure du gonflable dans la proposition et/ou le pitch auprès du client final. Quant au contenu potentiel de ces sessions, X-Treme compte plus de 20 000 références et projets gonflables, en 25 années d’activité.

Nous avons également développé une matrice servant d’outil de travail pour les agences, avec les types de gonflables possibles et les applications. Si vous êtes intéressés par cette matrice, n’hésitez pas à nous contacter !

Une fois bien la relation professionnelle établie, ce sont nos prescripteurs et les partenaires qui viennent vers nous avec un concept créatif après un brainstorming interne. Notre force réside dans la vitesse de réaction pour vous faire parvenir un devis et ensuite dans la « traduction » du concept validé dans une structure gonflable viable et en cherchant des solutions techniques pour répondre aux besoins spécifiques de chaque client final.

 

Quelles sont les principales caractéristiques techniques de vos constructions ?

En général, il s’agit de textiles polyester, avec ou sans enduction, mais les caractéristiques techniques se font en fonction de l’application, la forme, la taille… bref, en fonction de l’effet voulu par le client !

L’impression est faite par des imprimantes numériques grand format Inkjet et, de plus en plus, la sublimation est demandée pour éviter l’aspect plastique. Nous utilisons encore souvent l’airbrush ou la peinture classique. Les souffleries utilisées (air/pression) le sont en fonction du type de gonflable et du grammage de textile, la taille, la vitesse de gonflage, le bruit accepté de la soufflerie : ils ont aujourd’hui l’embarras du choix…

Quant à l’éclairage, il est généralement réalisé directement par des spécialistes, dans le cadre de cette co-création déjà mentionnée plus tôt. Et bien souvent, ce sont ces spécialistes qui nous contactent car ils ont d’importants besoins en gonflables.

 

Pouvez-vous partager avec nos lecteurs quelques -uns des plus beaux projets que vous avez réalisés dernièrement ? Qu’en est-il de vos réalisations au Luxembourg ?

Il m’est très difficile de faire une sélection mais n’hésitez pas à vous rendre sur notre site web et inscrivez-vous à nos e-news diffusées 6 fois par an. Nous pouvons dénombrer quelques projets promotionnels pour les sponsors d’événements sportifs au Luxembourg : je pense notamment à la tente, ou plutôt showroom, gonflable pour la marque automobile ŠKODA, un imposant arche 14 x 7 m « ERGO » créé dans le cadre du Tour du Luxembourg, des verres de bière gonflables en auto-ventilé pour le brasseur Bofferding, etc…

Puis, l’ours polaire réalisé pour la Docler Ice Party, qui s’est déroulée au concept-store SMETS en décembre dernier, était également un grand projet qui nous a passionné, et qui a pu démontrer notre savoir-faire et notre expérience au Grand-Duché.


Publié le 24 septembre 2019