L'an dernier, le groupe allemand avait développé une preuve de concept (PoC) avec la startup Daqri pour compléter le modèle du casque de chantier avec des lunettes à réalité augmentée, ce qui permettait de former des techniciens à l'assemblage à l'aide de schémas 3D simplifiés.

Les résultats comparatifs des tests montraient qu'un novice pouvait réaliser une tâche précise, assembler un brûleur de 450 kg, dans les temps d'une personne confirmée alors que cela nécessitait une journée sans lunettes VR.

Ce casque amélioré, le Smart Helmet, est intégralement pensé pour l'industrie puisque le travail manuel d'une personne en formation n'est plus interrompu par la nécessité de consulter des documents papiers.

Siemens poursuivra donc les tests et les appliquera sur les opérations de maintenance qui nécessitent sur les turbines des centaines de personnes. Réduire les délais et la main d'œuvre nécessaire grâce au Smart Helmet est donc l'enjeu de cet investissement continuel dans la Virtual Reality.


Publié le 07 août 2017