Plusieurs productions ou coproductions luxembourgeoises seront présentées lors de différentes cérémonies dans les semaines à venir, entre les César, Magritte et Österreichischer Filmpreis.

César – 1 nomination

Le long-métrage d’animation "Pachamama" réalisé par Juan Antin et coproduit par la société de production luxembourgeoise Doghouse Films est nommée dans la catégorie "Meilleur long-métrage d’animation" à la 44e cérémonie des César qui aura lieu le 22 février 2019.

Initialement producteur de séries d’animation, il s'agit pour Pierre Urbain et David Mouraire de leur premier long-métrage qu'ils ont coproduit avec la France et le Canada. Pachamama est un conte initiatique qui raconte la persécution d'un petit village précolombien par l'Empire Inca. Toute l'animation des FX 2D, le layout, les décors en 2D, le mixage de même que 50% du storyboard ont été effectués dans le studio luxembourgeois qui a participé au film dès sa phase de développement.

Le film sera en compétition face à Astérix – le secret de la potion magique et Dilili à Paris.

À l'affiche depuis 8 semaines au Luxembourg, Pachamama, un film à voir en famille, sera encore dans les salles jusqu’à ce dimanche 27 janvier.

 

Magritte – 4 nominations

"Es war einmal in Deutschland" réalisé par Sam Garbarski est une coproduction entre le Luxembourg (Samsa Film), la Belgique et l'Allemagne. C'est une ode à la vie, une comédie impertinente sur l'après-guerre avec plein d'esprit et d’humour juif. Le film est basé sur les romans semi-autobiographiques Die Teilacher et Machloikes de Michel Bergmann, que le réalisateur et l'auteur ont adaptés de concert.

Le film est nommé aux Magritte du cinéma belge dans 4 catégories: meilleur scénario, meilleur second rôle féminin, meilleurs décors et meilleurs costumes. La cérémonie de remise des prix aura lieu le 2 février prochain.

 

Österreichischer Filmpreis – 11 nominations pour 2 films

"Angelo" de Markus Schleinzer, une coproduction entre le Luxembourg (Amour Fou) et l'Autriche, retrace l'histoire d'un enfant nigérien enlevé et vendu en Europe au 18e siècle pour devenir valet à Vienne. Pour son 2e film, le réalisateur autrichien s'est inspiré de la figure contestée d’Angelo Soliman pour livrer un drame historique sur l'acceptation de l'autre. Le film, qui a déjà été retenu au Festival de Toronto et de San Sebastián, concourre dans 7 catégories au Prix du film autrichien (Österreichischer Filmpreis): meilleur long-métrage de fiction, meilleure réalisation, meilleur scénario, meilleure image, meilleurs costumes, meilleur maquillage et meilleurs décors.

Coproduit par Paul Thiltges Distributions, le long-métrage "Murer – Anatomie eines Prozesses", réalisé par Christian Frosch, récolte de son côté 4 nominations: meilleur long-métrage de fiction, meilleur scénario, meilleurs costumes et meilleur maquillage. Le drame judiciaire raconte le procès fait en 1963 à l'officier SS autrichien Franz Murer, responsable des atrocités qui ont eu lieu dans le ghetto de Vilnius de 1941 à 1943. Tourné entre Vienne et le Luxembourg, le film, qui met à l’affiche plusieurs acteurs luxembourgeois, a décroché en avant-première mondiale le Grand Prix autrichien Diagonale 2018.

Les récompenses seront attribuées le 31 janvier prochain à Vienne.

 

Source : Fonds national de soutien à la production audiovisuelle


Publié le 24 janvier 2019