Pour la première fois depuis 8 ans, les membres du jury du Gala Marketers ont élu la Digital Personality of the Year. C'est Christophe Regnault, Digital Marketing Manager de la société OneLife qui s'est vu remettre ce prix, le 24 novembre dernier. Il nous parle aujourd'hui de ses principaux challenges digitaux et s'exprime également sur les tendances digitales à suivre.

Quels sont les principaux challenges que vous avez relevés au cours de l'année 2016 ?

Le principal challenge de l’année était de créer l’impulsion, la dynamique autour du digital. Et pour ce faire, j’ai commencé par des actions ayant plus attrait au change management qu’au digital. Avec le recul, j’ai presque envie de dire que c’était parfait comme tel car cela m’a permis de prendre beaucoup de recul et à ne pas plonger immédiatement dans cette formidable boîte à outils que le digital met à notre disposition. Je me suis alors intéressé aux gens. A leurs métiers. A leurs interlocuteurs dans la chaîne de valeur de l’entreprise. J’ai cherché à comprendre leurs attentes. Leurs peurs aussi. Au final, j’ai pu les adresser en répondant de façon concrète, étape par étape, prenant conscience du challenge. In fine, nous avons atteint la dynamique que nous souhaitions, c’est-à-dire un vrai changement de fond qui est même allé jusqu’à modifier la façon de travailler de certaines équipes, une autre forme de valeur ajoutée ! Grâce à toutes ces actions et au travail des équipes, nous avons transformé (digitalement) l’essai !

 

Quels ont été vos principaux faits d'armes depuis votre arrivée chez OneLife ?

La première grande partie est d’avoir pu animer deux douzaines de workshops pour expliquer à tous nos collaboratrices et collaborateurs ce qu’était le digital et comment cela se transcrivait et transformait leur vie quotidienne tant au niveau personnel que professionnel. Notre executive committee et notre département RH ont été associés à cette première partie du plan déroulé sur l’année. Le tout avec aussi la dose de fun nécessaire et en travaillent l’animation en interne ! C’est important. Au final, OneLife a le meilleur SSI (Social Selling Index) de la place, dans notre secteur, sur LinkedIn. Et c’est grâce à toutes celles et ceux qui ont ouverts des profils qu’ils n’avaient pas forcément avant, et/ou qui les ont mis à jours mais aussi grâce à tout ce que nos collaborateurs partagent et relaient.

Le second grand projet est celui de notre rebranding. Etant en charge de toute sa partie digitale, j’en ai profité pour transformer ce projet en plateforme pour dérouler et intégrer tous les outils nécessaires pour doter nos équipes avec ce qu’il nous fallait pour commencer à avancer. Le rôle de nos partenaires a également été critique, d’autant que nous avons tout déroulé en même temps : un CRM lié à une dynamique de campaigning (avec la société Néréa), un nouveau site internet (avec la société e-Proseed), avec tout le contenu, la partie SEO (avec l’agence Vanksen), les réseaux sociaux, etc... le tout avec une nouvelle image et un ton nous permettant d’intégrer un rythme beaucoup plus digital. Bref, nous avons dû avancer à vitesse grand V pour mettre tout le reste en place pour livrer à temps.

Cela a été possible grâce à l’immense chantier déjà bien entamé par nos équipes IT qui ont posé les fondations techniques nécessaires qui nous ont permis de gagner aussi pas mal de temps.

Cela a été également possible en travaillant différemment, c’est-à-dire en mode agile complet, ce qui intègre un positionnement différent, c’est-à-dire rattaché directement à notre CEO, Marc Stevens et à notre CIO, Eric Lippert.

 

La troisième grande partie du plan est notre application mobile lancée officiellement à l’InsurTech Summit en octobre dernier.

A la fin de chacun des workshops faits quelques mois plus tôt, j’avais invité les gens à venir et à relayer ce qu’ils voyaient au niveau digital. Nous étions encore dans le projet rebranding et avions le mobile en tête mais c’est quand une collègue est venue me voir après un meeting avec l’un de ses Business Partners en me disant simplement « Voilà ce que je viens de voir dans un meeting : pourquoi ne pourrions-nous pas le faire ? »  Cela m’a fait plaisir de voir l’input et c’est ce qui a déclenché le buy-in en interne. Tout prenait enfin corps et cette aventure digitale devenait enfin une aventure humaine.

Là encore, nous avons travaillé en mode très agile, c’est-à-dire à trois en interne, en lien permanent avec notre partenaire (Ainos) pour livrer l’application mobile en près de 3 mois… ensuite nous avons passé beaucoup de temps à associer nos collègues pour affiner l’outil avec toutes les équipes. Tout le monde a aussi pu tester et commenter l’App. L’équipe de Customer Services s’est beaucoup investie et a même changé ses modes de fonctionnement pour intégrer la valeur ajoutée recherchée à l’attention de nos brokers. Et ce n’est que le début… car comme je vous l’ai dit, nous avons déjà d’autres idées pour les prochaines versions et nos collègues nous en donnent d’autres !

 

Quelle est actuellement la place des réseaux sociaux, et plus généralement du digital, dans votre stratégie de communication ?

La place des réseaux sociaux est liée à notre chaîne de valeur: BtoBtoC. Donc, à double volets : un premier lié au côté BtoB de nos métiers, un second plus orienté BtoC. Nous avons alors fortement intégré le digital dans notre stratégie de communication. Vous pouvez le voir sur nos comptes Twitter (@The1LifeCo) ou LinkedIn (https://www.linkedin.com/company/the-onelife-company) ou encore notre blog (https://www.onelife.eu.com/blog/). Mais il y a une partie moins visible et plus BtoB ou les médias sociaux ont une large part. Et au centre de tout cela, le contenu prend une part de plus en plus importante. Sans parler de la façon de l’animer et de son rythme de plus en plus élevé et aussi de la bonne intégration du « on » et « off » line.

 

Quelles sont les principales tendances que vous suivez pour les mois à venir ? Quelles sont les priorités de votre département ?

Si vous faites référence à des tendances digitales, au sens technique, je suis de très près tout ce qui est en rapport à la Blockchain, aux RegTech et de façon plus large à tout ce qui a attrait aux technologies en lien ou non à notre secteur, de façon à identifier celles qui pourraient générer de la valeur ajoutée dans notre chaîne de valeur.

Si c’est plus au niveau marketing, je dirais la tendance mobile. Nous l’avons déjà abordée en lançant notre Application mobile avec une réelle contribution dans le travail, au quotidien, de nos équipes et nos partenaires.

Depuis très peu, le mobile est passé devant tous les autres canaux et cela paraît presque normal aujourd’hui. Cela dit, je ne suis pas sûr que les conséquences de ce changement soient complètement intégrées au niveau marketing ou au travers de toute l’organisation d’ailleurs. En effet, la dynamique mobile change beaucoup les choses au niveau rythme, interactions, engagements mais aussi « mindset ». Et c’est là pour durer un bon moment.


Publié le 14 décembre 2016