Facebook teste aux Etats-Unis la possibilité pour les médias de publier des "breaking news" locales et pertinentes grâce à un nouveau label. Cette étiquette peut s'appliquer à des liens, des lives et des articles importants.

Le réseau social parle déjà d'étendre cette fonctionnalité dès cette semaine à une cinquantaine de nouveaux éditeurs de contenu en Amériques du Nord et Latine, Europe et Australie. Si c'est un succès, d'autres suivront. Concrètement, cet indicateur peut être utilisé une fois par jour et pour une durée maximale de six heures, avec un pool supplémentaire de cinq étiquettes pour le mois.

Une fois les infos publiées dans le fil d'actualité, la page dispose de moyens dans Insights pour suivre leurs performances. Du côté des utilisateurs, il est possible de signaler une publication qui userait abusivement de l'étiquette "breaking news". Selon Facebook, le test montre déjà des résultats positifs car l'engagement du public est plus important sur les posts certifiés "flash info".

Photo : Facebook media


Publié le 07 mars 2018